More
    - Advertisement - spot_img
    AccueilAidGaza : le manque de carburant menace d’arrêter toute l’opération humanitaire

    Gaza : le manque de carburant menace d’arrêter toute l’opération humanitaire

    Lors d’un vaste exposé destiné aux journalistes à Genève, UNRWA Le commissaire général Philippe Lazzarini a réitéré les appels à un cessez-le-feu et a répondu à la désinformation ciblant l’agence, notamment aux allégations selon lesquelles l’aide serait détournée.

    Il a déclaré avoir également reçu des informations faisant état d’écoles de l’ONU utilisées « à des fins militaires ».

    Engagement en cas de crise

    Au cours du briefing, M. Lazzarini a déclaré qu’il avait reçu des informations selon lesquelles Gaza était confrontée à une panne de communication en raison du manque de carburant.

    Il a réitéré son avertissement précédent selon lequel l’UNRWA est à court de carburant, mettant ainsi en danger l’aide vitale apportée aux 2,2 millions de personnes à Gaza. Tout, depuis la livraison de l’aide jusqu’à l’approvisionnement en eau, en passant par l’accès aux espèces aux distributeurs automatiques, sera impacté.

    « Nous ne serons plus en mesure de respecter notre engagement de subvenir aux besoins du peuple palestinien », a-t-il déclaré. “Je crois qu’il y a une tentative délibérée d’étrangler nos opérations et de paralyser les opérations de l’UNRWA.

    Exode du nord

    M. Lazzarini a souligné la dévastation totale de près de six semaines de conflit qui, selon lui, a déclenché le plus grand déplacement de Palestiniens depuis 1948.

    Des milliers de personnes ont fui le nord de Gaza vers le sud, arrivant « déshydratées, affamées, épuisées et sous le choc ».

    Les écoles de l’UNRWA accueillent désormais plus de 800 000 personnes dans des conditions désastreuses et un manque de nourriture, d’eau et d’assainissement adéquat. Plus de 30 pour cent des personnes hébergées dans les refuges présentent déjà des maladies de peau.

    Des abris de l’ONU touchés

    Il a également abordé certaines des dernières préoccupations de l’UNRWA ainsi que les « malentendus » ou la « désinformation ».

    Même si les gens ont évacué du nord, un tiers de tous les meurtres ont eu lieu dans le sud, il a dit. Il a souligné qu’« il n’y a aucun endroit sûr à Gaza », y compris dans les locaux de l’ONU.

    « Jusqu’à 60 d’entre eux ont été touchés depuis le début du conflit. Nous avons eu plus de 60 personnes tuées. Nous avons eu des centaines de blessés», a-t-il déclaré.

    Les décès à l’UNRWA augmentent

    Il a fait le point sur les pertes de l’UNRWA, avec au moins 103 membres du personnel tués, bien que ce nombre pourrait être plus élevé. Il a décrit ces collègues comme des fonctionnaires de l’ONU dévoués au service de la communauté et qui « n’avaient absolument rien à voir avec le conflit ». en soi

    M. Lazzarini a également répondu aux articles selon lesquels les écoles de l’UNRWA enseignent la haine, ce qu’il a catégoriquement réfuté. Il a dit que l’agence avait « tolérance zéro » pour les discours de hainele racisme et l’incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence.

    Condamnation et clarifications

    « L’UNRWA rejette les affirmations liant son personnel et ses écoles aux odieuses attaques du 7 octobre en Israël ; des attaques que l’UNRWA a condamnées dans les termes les plus fermes et que je continuerai toujours à condamner », a-t-il déclaré.

    Il a remis en question « la motivation de ceux qui font de telles affirmations à travers de grandes campagnes de plaidoyer, en particulier dans les circonstances actuelles ».

    Il a en outre souligné que l’UNRWA ne permet pas que l’aide soit détournée car l’agence met directement en œuvre ses programmes sans intermédiaires.

    “Chaque fois que nous travaillons avec des fournisseurs, ils sont systématiquement vérifiés par rapport aux listes de sanctions”, a-t-il déclaré, ajoutant que le les noms de tout le personnel sont envoyés au pays hôte et aux autorités israéliennes chaque année.

    « En réalité, nous sommes certainement l’une des organisations les plus scrutées », a-t-il déclaré.

    Les installations de l’ONU « violées »

    M. Lazzarini a rapporté que les installations de l’ONU « ont été violées assez régulièrement au cours des six dernières semaines ».

    Ces derniers jours, il a reçu des informations selon lesquelles plusieurs écoles de l’UNRWA auraient été utilisées à des fins militaires « y compris une récente découverte d’armes dans des écoles et notamment le positionnement des forces israéliennes dans au moins deux écoles de l’ONU ».

    Les journalistes ont demandé à plusieurs reprises des éclaircissements.

    « J’ai reçu ou entendu des rapports et des allégations – encore une fois, je ne suis pas en mesure de le confirmer – selon lesquels… dans le nord, où nous menons une opération militaire terrestre, des armes auraient pu être trouvées dans des écoles. Et nous aurions également entendu sur les réseaux sociaux que des forces militaires israéliennes étaient également positionnées dans l’enceinte de l’ONU », a-t-il déclaré à un moment donné.

    Il a souligné qu’il s’agissait d’une « violation flagrante » qui met également en danger les collègues de l’UNRWA sur le terrain.

    « Si cette information (est) exacte, elle doit être repoussée et condamnée », a-t-il déclaré.

    Eaux usées dans les rues

    Concernant la diminution de l’approvisionnement en carburant, M. Lazzarini a rappelé que il a tiré la sonnette d’alarme pour la première fois il y a trois semaines. L’UNRWA a pu « exploiter le carburant restant dans la bande de Gaza » entre-temps, et toujours en coordination avec Israël.

    Alors que l’agence a reçu mercredi une « petite cargaison » de carburant – un demi-camion –, il a précisé que « celle-ci a été livrée sous condition ». Le carburant ne peut être utilisé que pour les camions collectant les marchandises arrivant au passage de Rafah avec l’Égypte, ce qui signifie que les usines de dessalement d’eau, les systèmes de pompage des eaux usées ou les boulangeries n’en auront plus.

    “Depuis hier, 70 pour cent de la population du sud n’a plus accès à l’eau potable, et à partir d’aujourd’hui, les eaux usées commencent à couler dans les rues”, a-t-il déclaré.

    Le PAM met en garde contre un risque de famine

    Pendant ce temps, les cas de malnutrition et de déshydratation à Gaza « augmentent rapidement et de jour en jour », selon le Programme alimentaire mondial (PAM) a rapporté jeudi.

    “Gaza risque de sombrer dans l’enfer de la famine sans carburant et sans une augmentation rapide des approvisionnements alimentaires”, a déclaré Abeer Atefa, porte-parole du PAM pour le Moyen-Orient, s’exprimant depuis le Caire.

    Elle a averti qu’« avec l’hiver qui approche à grands pas, les abris insalubres et surpeuplés et le manque d’eau potable, les gens sont confrontés au risque immédiat de mourir de faim ».

    Manger des oignons crus

    Mme Atefa a déclaré que seulement 10 pour cent des produits alimentaires nécessaires sont entrés dans l’enclave depuis le début du conflit, créant « un déficit alimentaire massif ». La quasi-totalité de la population, soit 2,2 millions de personnes, a désormais besoin d’une aide alimentaire.

    Les gens sont à peine capables de prendre un repas par jour, les options alimentaires se limitent aux aliments en conserve, lorsqu’ils sont disponibles, et le pain est un luxe rare.

    “Certaines personnes ont en fait recours à la consommation d’oignons crus, d’aubergines crues, de tout ce qui leur tombe sous la main”, a-t-elle déclaré.

    L’hôpital Al Naser à Khan Younis.

    Les systèmes alimentaires s’effondrent

    Même si les camions d’aide arrivent au compte-goutte, ils peuvent à peine livrer leurs petites cargaisons de nourriture et d’eau parce que les routes ont été endommagées ou que l’approvisionnement en carburant est très limité.

    « Les systèmes alimentaires existants à Gaza s’effondrent », a-t-elle déclaré, tandis que les magasins sont à court de fournitures.

    « La production alimentaire s’est arrêtée presque complètement, les marchés se sont effondrés, les pêcheurs n’ont pas accès à la mer, les agriculteurs ne peuvent pas atteindre leurs fermes et la dernière boulangerie avec laquelle le Programme alimentaire mondial a travaillé a fermé ses portes en raison du manque de carburant. »

    Le dernier moulin fermé

    De plus, les boulangeries qui fonctionnaient ne sont plus en mesure de le faire à cause du manque de carburant et d’eau potable, ou parce qu’elles ont subi des dommages. Le dernier moulin à farine de blé utilisé pour fabriquer du pain s’est également arrêté après avoir été heurté.

    « Tout cela a interrompu l’approvisionnement en pain, qui est le dernier aliment de base pour les habitants de Gaza », a-t-elle déclaré.

    « Et avec l’approvisionnement désespéré en gaz et en électricité, de nombreuses personnes utilisent le bois pour cuisiner ou faire du pain, et les aliments périssables ne sont pas vraiment une option car il n’y a pas d’électricité pour conserver les aliments au réfrigérateur. »

    Corbeilles à pain vides

    Au début du conflit, le PAM et l’UNRWA travaillaient avec 23 boulangeries fournissant chaque jour du pain frais à 200 000 personnes hébergées dans des abris. Tous sont désormais hors service.

    Environ 130 boulangeries étaient disséminées à travers Gaza avant le conflit. Plus de 11 ont été touchés par des frappes aériennes et détruits, dont un engagé par le PAM. Les autres travaillent à peine à cause du manque de carburant.

    Un accès sécurisé est essentiel

    Jusqu’à présent, le PAM a distribué des aliments prêts à consommer, des colis alimentaires en nature et des bons électroniques à environ 764 000 personnes à Gaza et en Cisjordanie. Près d’un demi-million de personnes hébergées dans les abris de l’ONU ont reçu du pain et du thon en conserve, ou des barres de dattes à forte densité nutritionnelle.

    Elle a expliqué que les gens ont échangé leurs bons d’achat tout au long du mois d’octobre, « mais qu’ils sont désormais jugés inutiles » parce qu’il n’y a pas de produits alimentaires à acheter.

    Le PAM prévoit d’intensifier ses opérations pour atteindre un million de personnes à Gaza d’ici décembre, et elle a souligné la nécessité de fournir du carburant, davantage de convois d’aide, de multiples points d’entrée aux frontières et un accès humanitaire sûr pour répondre aux besoins croissants.

    Source link

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img