More
    - Advertisement - spot_img
    AccueilAidLe droit humain à l'alimentation nécessite des « investissements massifs » (Guterres)

    Le droit humain à l’alimentation nécessite des « investissements massifs » (Guterres)

    S’adressant lundi à la réunion de l’organisme soutenu par l’ONU à Rome, António Guterres a souligné que la session se déroulait « à un moment de crise pour la sécurité alimentaire mondiale » et a fourni quelques statistiques qui donnent à réfléchir.

    « L’année dernière, 735 millions de personnes ont souffert de la faim. Plus de 3 milliards n’ont pas les moyens de se nourrir sainement », a déclaré le Secrétaire général dans son discours. un message vidéoajoutant que « nous reculons par rapport à notre objectif de faim zéro d’ici 2030 ».

    Il a souligné que la faim et la malnutrition ne constituaient pas seulement des problèmes mais aussi des violations des droits de l’homme « à une échelle épique », dressant un tableau frappant des conséquences désastreuses de cette crise continue.

    « Lorsque des aliments nutritifs sont hors de portée en raison du coût ou de la géographie ; lorsque les corps sont rongés par la faim ; lorsque les parents regardent impuissants leurs enfants souffrir et même mourir du manque de nourriture », ce n’est rien de moins qu' »une tragédie humaine – une catastrophe morale – et un scandale mondial », a déclaré M. Guterres.

    Tout sur l’accès

    Le Secrétaire général a clairement indiqué que le monde disposait des ressources nécessaires pour faire face à cette crise. « Il y a plus qu’assez de nourriture pour tout le monde. Et plus qu’assez de ressources pour garantir que chaque personne sur la planète ait suffisamment à manger. »

    Il a souligné le rôle des gouvernements pour garantir l’accès à des aliments nutritifs, affirmant que même s’ils ont la responsabilité de les fournir, de nombreux gouvernements manquent de ressources pour le faire.

    António Guterres a appelé à une solidarité internationale efficace pour transformer les systèmes alimentaires pour tous.

    Pour cela, a expliqué le chef de l’ONU, des investissements massifs, l’innovation, la science et la technologie sont essentiels – pour construire « des systèmes alimentaires durables en harmonie avec la nature et faire face à la crise climatique ».

    Groupe de réflexion sur l’approvisionnement alimentaire

    Il a salué le travail du CSA – qui comprend du personnel de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM) – soulignant son importance dans la recherche de solutions.

    « Le travail de votre comité est essentiel à ce processus. Qu’il s’agisse de réinventer les systèmes agroalimentaires, de stimuler la collecte et l’utilisation de données, ou encore de garantir que les besoins des femmes et des filles soient au cœur de tout ce que nous faisons.

    Le Secrétaire général a imploré le monde de donner la priorité à ce droit humain fondamental : « Donnons au droit humain fondamental à l’alimentation l’investissement et l’action urgente qu’il mérite. »

    Créé en 1974, le Comité de la sécurité alimentaire mondiale a été réformé en 2009 pour devenir une plateforme internationale et intergouvernementale inclusive chargée d’assurer la sécurité alimentaire et la nutrition pour tous.

    Source link

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img