More
    - Advertisement - spot_img
    AccueilAidSoudan. La spirale meurtrière de violence se poursuit alors que Khartoum appelle...

    Soudan. La spirale meurtrière de violence se poursuit alors que Khartoum appelle à « mettre fin immédiatement » à la mission de l’ONU

    Le gouvernement militaire soudanais a écrit dans une lettre adressée au chef de l’ONU et distribuée au Conseil – qui donne son mandat à chaque mission de maintien de la paix ou mission politique de l’ONU – que tout en appelant au retrait, il s’engageait à un engagement constructif avec l’ONU.

    En demandant le retrait de l’ONU, le Soudan est devenu le dernier pays africain à demander le retrait des missions de l’ONU cette année, après le Mali et la République démocratique du Congo.

    Avancement au Darfour

    Martha Ama Akyaa Pobee, Sous-Secrétaire générale pour l’Afrique, informé ambassadeurs sur le Conseil de sécurité que les Forces de soutien rapide (RSF) ont gagné du territoire, repoussant les Forces armées soudanaises (SAF) de plusieurs de leurs bases dans la région depuis fin octobre.

    Les RSF semblent prêtes à avancer sur El Fasher, dans le nord du Darfour, une ville importante et le dernier bastion des SAF dans la région, selon les médias.

    « Une attaque des RSF contre El Fasher ou ses environs pourrait faire de nombreuses victimes civiles, en raison du grand nombre de personnes déplacées qui s’y trouvent », a déclaré Mme Pobee.

    Elle a informé les membres du Conseil que certains groupes armés de la région, jusqu’ici neutres dans le conflit, se sont alliés aux SAF.

    En dehors du Darfour, les affrontements se poursuivent à Khartoum, Omdurman et Bahri, les principaux combats ayant lieu autour des bastions des SAF. Les hostilités s’étendent également à de nouvelles régions, notamment les États de la Gezira, du Nil Blanc et du Kordofan occidental, a ajouté Mme Pobee.

    Calamité humanitaire

    Le conflit a provoqué une grave crise humanitaire et l’augmentation des violations des droits humains au Soudan, entraînant la mort de plus de 6 000 civils, dont des femmes et des enfants, depuis avril.

    Dans tout le pays, plus de 7,1 millions de personnes ont été chassées de chez elles, dont des centaines de milliers vers les pays voisins.

    Malgré les difficultés d’accès, les attaques contre les travailleurs humanitaires et les obstacles bureaucratiques, l’ONU et ses partenaires ont fourni une aide vitale à 4,1 millions de personnes, ce qui ne représente que 22 % de l’aide ciblée pour 2023.

    « Les civils continuent d’être confrontés à de graves violations des droits de l’homme, notamment violences sexuelles et basées sur le genre“, a-t-elle déclaré, soulignant que les témoignages recueillis par la mission de l’ONU au Soudan (UNITAMS) ont désigné des membres de RSF ou des hommes en uniforme de RSF comme auteurs présumés.

    Adapter la mission

    Mme Pobee a en outre déclaré que le Secrétaire général avait nommé Ian Martin – un négociateur chevronné de l’ONU, qui a dirigé des missions en Libye, au Népal, au Timor Leste ainsi qu’en Éthiopie et en Érythrée – pour diriger une revue stratégique de l’UNITAMS afin de fournir au Conseil de sécurité options sur la manière d’adapter son mandat aux conditions du temps de guerre.

    “M. Martin tiendra des consultations approfondies avec les principales parties prenantes, notamment les autorités soudanaises, la société civile, les organisations régionales et sous-régionales, les États membres et les entités concernées au sein du système des Nations Unies », a-t-elle ajouté.

    Se battre est inutile

    En conclusion, Mme Pobee a souligné qu’il est crucial que les SAF et les RSF « reconnaissent la futilité de la poursuite des combats et donnent la priorité au dialogue et à la désescalade ».

    Elle a souligné que la situation au Soudan devait rester une préoccupation mondiale, exhortant la communauté internationale à renouveler son engagement en faveur des efforts de paix coordonnés menés par la région.

    Soudan : la mission ne répond pas aux attentes

    Le représentant du Soudan, prenant la parole à la fin de la réunion, a déclaré que depuis le 18 avril, le gouvernement de son pays coopérait avec toutes les forces régionales et internationales pour mettre fin à la guerre et aux souffrances du peuple soudanais.

    Il a interpellé le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) de prendre note des crimes des RSF, ajoutant que les milices continuent leurs expulsions forcées de citoyens, leur nettoyage ethnique et d’autres crimes internationaux, malgré les engagements qu’elles ont pris lors des récents pourparlers en Arabie Saoudite.

    Il a déclaré aux ambassadeurs qu’un examen stratégique de l’UNITAMS est essentiel, car le fonctionnement de la Mission n’est pas à la hauteur des attentes.

    Pour un résumé complet de la réunion, visitez notre service de couverture des réunions. rapport complet, ici.

    Source link

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img