More
    - Advertisement - spot_img
    AccueilAidÀ peine une goutte d’eau potable à boire à Gaza, prévient l’agence...

    À peine une goutte d’eau potable à boire à Gaza, prévient l’agence humanitaire de l’ONU

    « L’accès à des quantités suffisantes d’eau potable est une question de vie ou de mort… les enfants de Gaza ont à peine une goutte à boire. » dit UNICEF Directrice exécutive Catherine Russell. « Les enfants et leurs familles doivent utiliser de l’eau provenant de sources insalubres, hautement salées ou polluées. Sans eau potable, de nombreux autres enfants mourront de privation et de maladie dans les prochains jours.

    L’alerte humanitaire est intervenue après plus de 10 semaines de bombardements quasi constants de l’enclave en réponse aux attaques terroristes du Hamas dans le sud d’Israël qui ont tué environ 1 200 personnes et laissé plus de 240 otages.

    Pour tenter d’échapper aux bombardements qui ont lourdement affecté les réseaux de production, de traitement et de distribution d’eau de la bande de Gaza, plus de 1,4 million de Gazaouis déracinés ont cherché refuge dans ou à proximité des installations gérées par l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, UNRWA.

    Mode de survie

    Mais l’UNICEF a déclaré que les enfants récemment déplacés dans le sud du gouvernorat de Rafah ne disposaient que de 1,5 à deux litres d’eau par jour et que les services d’eau étaient « sur le point de s’effondrer ».

    “Pour la seule survie, le minimum estimé est de trois litres par jour”, a déclaré l’agence des Nations Unies dans un communiqué. déclaration.

    Aussi alarmant que soit le manque d’eau potable, « des centaines de milliers » de personnes déplacées – dont la moitié sont des enfants – ont également « désespérément besoin » de nourriture, d’un abri, de médicaments et de protection, a souligné l’UNICEF.

    Au moins 50 pour cent des installations WASH – fournissant des services d’eau et d’assainissement de base – ont été endommagées ou détruites à Gaza, l’UNICEF ayant averti que l’impact de cette situation sur les enfants était particulièrement préoccupant car ils sont plus sensibles à la diarrhée, aux maladies et à la malnutrition.

    « Déjà, les autorités ont enregistré près de 20 fois la moyenne mensuelle des cas de diarrhée signalés chez les enfants de moins de cinq ans, en plus de l’augmentation des cas de gale, de poux, de varicelle, d’éruptions cutanées et de plus de 160 000 cas d’infection respiratoire aiguë. “, a rapporté l’UNICEF.

    Efforts de secours

    Depuis le début de la crise, l’UNICEF et ses partenaires ont fourni du carburant pour faire fonctionner des puits, des usines de dessalement, le transport de l’eau par camion et la gestion des déchets et des eaux usées, ainsi que de l’eau en bouteille et des conteneurs d’eau pour plus de 1,3 million de personnes.

    Plus de 45 000 jerrycans ont été distribués ainsi qu’au moins 130 000 kits d’hygiène familiale, comprenant des produits de santé et d’hygiène menstruelles et des centaines de milliers de pains de savon.

    L’agence des Nations Unies a souligné la nécessité de disposer de générateurs pour faire fonctionner les installations d’eau et d’assainissement, ainsi que de tuyaux en plastique pour réparer la plomberie cassée. Mais ceux-ci continuent d’être empêchés d’entrer à Gaza en raison de « restrictions d’accès ».

    « Les bombardements constants, les restrictions sur les matériaux et le carburant empêchent des progrès critiques », a insisté Mme Russell de l’UNICEF dans un tweet.

    Faire pression pour une pause dans les combats

    La dernière alerte humanitaire est intervenue dans un contexte de pression internationale croissante en faveur d’une nouvelle pause dans les hostilités dans la bande de Gaza, afin de permettre l’acheminement par camion de davantage de fournitures d’aide pour les plus vulnérables.

    La première pause a duré du 24 novembre au 1er décembre.

    Le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a récemment averti que des personnes désespérées « ont pris la nourriture et l’ont mangée immédiatement », tandis que des publications sur les réseaux sociaux ont montré des groupes de personnes arrêtant les convois humanitaires et évacuant les fournitures.

    « Partout où vous regardez, les abris de fortune sont encombrés. Partout où vous allez, les gens sont désespérés, affamés et terrifiés », a déclaré M. Lazzarini aux journalistes à Genève.

    Citant les autorités sanitaires de Gaza, l’UNRWA a déclaré dans sa dernière mise à jour sur la crise que plus de 19 450 Palestiniens ont été tués dans les hostilités selon les autorités sanitaires et « environ 70 pour cent seraient des femmes et des enfants ».

    Source link

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img