More
    - Advertisement - spot_img
    AccueilAidCessez-le-feu à Gaza "dans l'intérêt de tous" (coordonnateur humanitaire de l'ONU)

    Cessez-le-feu à Gaza “dans l’intérêt de tous” (coordonnateur humanitaire de l’ONU)

    Lynn Hastings a souligné que l’intensification des hostilités a poussé près de la moitié de la population de la bande de Gaza, soit environ un million de personnes, à Rafah, dans le sud, aggravant ainsi la grave crise sanitaire et alimentaire.

    « La raison pour laquelle Gaza n’est pas sûre n’est pas seulement due aux frappes aériennes, mais aussi en raison des conditions créées par les déplacements massifs de la population dans des zones de plus en plus petites », ce qui met également en péril l’opération humanitaire dans l’enclave, a-t-elle déclaré.

    Appel à accéder aux otages et aux détenus

    Mme Hastings a également insisté sur le fait qu’un cessez-le-feu pourrait favoriser la libération des otages pris par le Hamas lors de ses attaques terroristes meurtrières dans le sud d’Israël le 7 octobre, et a réitéré ses appels à l’accès aux otages.

    L’accès des partenaires humanitaires du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) devrait également être accordé au personnel médical arrêté par les forces israéliennes, comme le directeur de l’hôpital Al-Shifa, qui a fait l’objet d’un raid militaire le mois dernier. .

    Les commentaires de Mme Hastings aux journalistes à Genève depuis Jérusalem font suite au vote massif de mardi à l’Assemblée générale des Nations Unies en faveur d’un « cessez-le-feu humanitaire immédiat », de la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages et de « la garantie d’un accès humanitaire ».

    La plupart des Gazaouis manquent de nourriture

    Le responsable de l’ONU a souligné qu’à Gaza les maladies infectieuses se propagent, que moins d’un tiers de tous les hôpitaux fonctionnent au moins partiellement, que les abris ont depuis longtemps dépassé leur capacité et que la grande majorité des gens n’ont pas assez de nourriture ou d’eau.

    Près de la moitié de la population du nord et un tiers de la population du sud souffrent « niveaux graves de faim » selon un évaluation récente par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM).

    Mme Hastings a souligné qu’Israël, en tant que puissance occupante, est responsable de la protection des civils palestiniens dans l’enclave, en subvenant à leurs besoins fondamentaux et en garantissant un accès sans entrave à l’aide. Cela signifie non seulement permettre aux camions d’aide d’entrer dans Gaza, mais également permettre aux humanitaires de fournir une assistance à tous ceux qui en ont besoin, a-t-elle déclaré.

    Les marchés doivent s’ouvrir

    Le Coordonnateur humanitaire de l’ONU a souligné que le secteur humanitaire doit travailler côte à côte avec le secteur public et le secteur commercial « comme nous le faisons partout ailleurs dans le monde » pour soutenir correctement la population de Gaza.

    « Nous avons besoin que les marchés soient ouverts », a-t-elle déclaré, et que les marchandises commerciales arrivent afin d’éviter une crise de malnutrition.

    Mme Hastings s’est félicitée du contrôle des camions d’aide de l’ONU au poste frontière de Kerem Shalom sous contrôle israélien mardi pour la première fois depuis le début de l’escalade. Quelques 80 camions y ont été vérifiés et dédouanés avant d’être envoyés à Rafah afin d’entrer dans l’enclave, a-t-elle déclaré.

    Elle a réitéré ses appels à la réouverture complète du passage de Kerem Shalom au trafic humanitaire et commercial, qui était avant le 7 octobre le principal point d’accès des marchandises dans la bande de Gaza, et a souligné que le passage de Rafah n’était structurellement pas destiné au passage des marchandises. des centaines de camions humanitaires.

    Soulignant l’intégrité de l’opération humanitaire, Mme Hastings a déclaré qu’aucune inquiétude n’a été exprimée à l’ONU par les autorités israéliennes concernant un quelconque détournement de l’aide de ses camions à Gaza.

    Attaques contre les locaux de l’ONU

    Abordant la question de la sécurité des installations de l’ONU dans la bande de Gaza, Mme Hastings a évoqué la destruction à l’aide d’explosifs par les forces israéliennes d’une agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) à Beit Hanoun, dans le nord, aurait eu lieu mardi, et a souligné que l’ONU n’avait connaissance d’aucune justification pour cette décision.

    Elle a également déclaré que malgré les mesures de déconfliction prises, où l’ONU informe à plusieurs reprises les parties au conflit de l’emplacement de ses installations, 130 incidents ont touché des installations de l’ONU hors conflit depuis le 7 octobre et 62 d’entre eux ont fait des victimes. L’UNRWA estime qu’au moins 283 personnes déplacées cherchant refuge dans ses abris ont été tuées et près de 1 000 blessées.

    Dommages aux infrastructures

    Selon les images satellite, environ 60 pour cent des maisons à Gaza ont déjà été endommagées ou détruites, a déclaré Mme Hastings.

    Abordant les rapports sur l’inondation potentielle des tunnels souterrains de Gaza par l’eau de mer par l’armée israélienne, Mme Hastings a averti que si cela se produisait, cela causerait de « graves dommages » aux structures d’eau et d’assainissement déjà compromises dans l’enclave, mettrait en péril la « très grande sécurité » de la bande de Gaza. fragile » et crée un risque d’effondrement des bâtiments et des routes.

    Violence et pauvreté en Cisjordanie

    Le coordinateur humanitaire de l’ONU a également souligné la situation de plus en plus fragile dans le pays. Cisjordanie occupée, où 464 Palestiniens ont déjà été tués cette année, soit plus de la moitié depuis le 7 octobre. Quelque 3 000 personnes ont été arrêtées et il n’était pas clair si elles seraient inculpées et jugées, a-t-elle déclaré. La violence des colons était également en hausse, avec une moyenne de cinq incidents par jour contre deux par jour l’année dernière.

    Avec la suspension des permis pour les travailleurs de Cisjordanie en Israël et dans les colonies, et la perturbation des échanges commerciaux avec Israël, le manque de transferts de revenus vers la population du territoire est une « grave préoccupation », a-t-elle déclaré.

    Source link

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img