More
    - Advertisement - spot_img
    AccueilAid« Désespérés, affamés, terrifiés » : les Gazaouis arrêtent les camions humanitaires en quête de...

    « Désespérés, affamés, terrifiés » : les Gazaouis arrêtent les camions humanitaires en quête de nourriture

    Briefant les journalistes à Genève à son retour du gouvernorat de Rafah, Philippe Lazzarini, commissaire général de UNRWAa expliqué que les gens étaient « désespérés, affamés et terrifiés », 69 jours après le début des bombardements militaires israéliens en réponse aux attaques terroristes du Hamas du 7 octobre dans le sud d’Israël.

    Le désespoir, pas le détournement

    La faim est quelque chose que les habitants de Gaza n’ont « jamais, jamais connu » au cours de leur histoire troublée, a poursuivi le vétéran humanitaire de l’ONU. «Je l’ai vu de mes yeux les habitants de Rafah ont commencé à décider de se servir eux-mêmes directement du camion, par désespoir total et mangent sur place ce qu’ils ont pris dans le camion… Cela n’a rien à voir avec le détournement de l’aide.»

    Seule une augmentation significative de l’aide humanitaire dans l’enclave permettra d’éviter une aggravation de la situation humanitaire déjà désastreuse là-bas – et un sentiment de trahison et d’abandon de la part de la communauté internationale – a insisté le chef de l’UNRWA, en appelant à la réouverture de Kerem Shalom. passage d’Israël aux véhicules commerciaux et la levée du « siège » de Gaza.

    Épicentre de déplacement

    Le gouvernorat de Rafah, près de la frontière égyptienne, est désormais devenu « l’épicentre des déplacements » avec plus d’un million de personnes qui y cherchent refuge, a expliqué M. Lazzarini. Les installations de l’UNRWA sont extrêmement surpeuplées, ce qui signifie que des dizaines de milliers de personnes n’ont « absolument nulle part où aller ».

    « Les plus chanceux sont ceux qui ont une place dans nos locaux », dit-il, surtout maintenant que l’hiver a commencé. Ceux qui sont dehors doivent vivre à l’air libre, « dans la boue et sous la pluie ».

    Peur d’être oublié

    M. Lazzarini a déclaré que les habitants de Gaza estiment que leur vie « n’est pas égale à celle des autres » et qu’ils ont le sentiment que « les droits de l’homme et le droit international humanitaire ne s’appliquent pas à eux ».

    Il a souligné le sentiment d’isolement qui prévaut dans l’enclave, soulignant que les gens là-bas « aspire à la sécurité et à la stabilité», souhaitant une vie normale dont ils sont « très loin en ce moment ».

    Ce qui continue de me choquer, c’est le niveau toujours croissant de déshumanisation», a-t-il dit, déplorant le fait que certains puissent « applaudir les actes répréhensibles dans cette guerre… Ce qui se passe à Gaza devrait indigner tout le monde » et nous faire « repenser nos valeurs », a-t-il insisté.

    «C’est un moment décisif pour nous tous et pour notre humanité commune.»

    Campagne de diffamation

    « Je suis horrifié par la campagne de diffamation qui cible les Palestiniens et ceux qui leur fournissent de l’aide », a-t-il déclaré, exhortant les médias à « nous aider à lutter contre la désinformation et les inexactitudes » et soulignant que la vérification des faits est essentielle.

    « Dans la souffrance, il n’y a pas de compétition. En fin de compte, dans cette guerre, il n’y aura pas de vainqueur ; plus elle durera, plus les pertes et le chagrin seront profonds.

    « Il n’y a absolument aucune alternative à un processus politique véritable et approprié pour mettre fin une fois pour toutes au plus long conflit politique non résolu, 75 ans sans résolution. Il est temps que cela devienne une priorité. La paix et la stabilité, voilà ce que mérite la région.»

    Source link

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img