More
    - Advertisement - spot_img
    AccueilNewsElections in Bangladesh, Massive arrests of opposition activists

    Elections in Bangladesh, Massive arrests of opposition activists

    Le gouvernement dirigé par la Ligue Awami prétend s’engager en faveur d’élections générales libres et équitables qui doivent avoir lieu le 7 janvier 2024, tandis que simultanément les autorités de l’État remplissent les prisons de membres de l’opposition politique et sont responsables d’un recours excessif à la force, de disparitions forcées, torture et exécutions extrajudiciaires.

    Le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP), principal parti d’opposition du pays, et ses alliés ont décidé de boycotter les élections, affirmant qu’elles seraient truquées par la Ligue Awami (AL) au pouvoir.

    L’opposition exige que le gouvernement démissionne et transfère le pouvoir à une administration intérimaire neutre pour superviser les élections, mais cette proposition a été fermement rejetée par la Ligue Awami.

    Répression massive pendant la campagne électorale

    Depuis le grand rassemblement politique organisé par le BNP le 28 octobre contre le gouvernement au pouvoir, dirigé par la Première ministre Sheikh Hasina, au moins 10 000 militants de l’opposition ont été arrêtés. Beaucoup d’autres ont fui leur domicile pour éviter d’être arrêtés et se sont cachés. Il n’y a plus de place dans les prisons, selon Human Rights Watch, qui fait état d’au moins 16 personnes tuées et plus de 5 500 blessées.

    Fin novembre, Nahid Hasan, journaliste du site d’information Jagonews24.com, a été agressé à Dakha, la capitale, alors qu’il couvrait un affrontement impliquant des étudiants de la Ligue Awami, au pouvoir. Les agresseurs étaient Tamzeed Rahman, un dirigeant local de l’aile jeunesse de la Ligue Awami qui comptait environ 20 à 25 hommes. Ils l’ont attrapé par le col, l’ont giflé et battu jusqu’à ce qu’il tombe au sol où ils ont continué à lui donner des coups de pied et à le piétiner. Il s’agit du dernier épisode d’une série d’attaques contre des professionnels des médias par des partisans de l’alliance de 14 partis dirigée par la Ligue Awadi.

    Les attaques, la surveillance, l’intimidation et le harcèlement judiciaire contre la presse au cours des dernières années ont conduit à une autocensure généralisée dans les médias.

    Selon les Nations Unies, plus de 5 600 cas liés à la liberté d’expression, y compris ceux d’éminents journalistes et rédacteurs en chef, sont toujours pendants en vertu de la loi draconienne sur les services numériques, très critiquée.

    L’ONU s’inquiète des arrestations massives

    Le 13 novembre, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a achevé son examen périodique de la situation des droits de l’homme au Bangladesh au cours de laquelle des dizaines d’ONG se sont plaintes des violations flagrantes des droits de l’homme par le gouvernement dirigé par Awami.

    Le lendemain, 14 novembre, Mme Irene Khan, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression; M. Clément Nyaletsossi Voule ; Rapporteur spécial sur les droits à la liberté de réunion pacifique et d’association; et Mme Mary Lawlor, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, a dénoncé la répression sévère contre les travailleurs qui réclament des salaires équitables et contre les militants politiques qui réclament des élections libres et équitables. Ils ont également condamné le harcèlement judiciaire contre les journalistes, les défenseurs des droits humains et les dirigeants de la société civile, ainsi que l’incapacité à réformer les lois réprimant la liberté d’expression.

    La déclaration des rapporteurs spéciaux de l’ONU était conforme à une autre déclaration de l’ONU du 4 août 2023 dénonçant les violences préélectorales, appelant la police « à s’abstenir de tout recours excessif à la force dans un contexte de violences récurrentes et d’arrestations massives à l’approche des élections générales ». Selon un porte-parole de l’ONU, « des policiers, aux côtés d’hommes en civil, ont été vus utilisant des marteaux, des bâtons, des battes et des barres de fer, entre autres objets, pour frapper les manifestants. »

    Inquiétudes des États-Unis

    En septembre 2023, les États-Unis ont commencé à imposer des restrictions de visa aux responsables bangladais jugés responsables de « porter atteinte au processus électoral démocratique au Bangladesh ». Les États-Unis pourraient également envisager des sanctions supplémentaires contre ceux qui assument la responsabilité des abus actuellement perpétrés. Le principal cible de ceux-ci les sanctions est le parti au pouvoir, la Ligue Awadi, les forces de l’ordre, le système judiciaire et les services de sécurité.

    Avec cette mesure, l’administration Biden reste cohérente avec sa politique à l’égard du gouvernement au pouvoir dirigé par Awami. En 2021 et 2023, il a laissé le Bangladesh de côté des deux événements du « Sommet pour la démocratie », bien qu’il ait invité le Pakistan (classé moins bien que le Bangladesh selon divers indices de démocratie, notamment celui de Freedom House) Indice de liberté dans le monde et l’Economist Intelligence Unit Indice de démocratie).

    Le 31 octobre, l’ambassadeur américain Peter Haas a déclaré : « Toute action qui porte atteinte au processus électoral démocratique – y compris la violence, empêchant les citoyens d’exercer leur droit de réunion pacifique et d’accès à Internet – remet en question la capacité à organiser des élections libres et équitables. »

    Début novembre, les dirigeants de la Ligue Awami ont menacé à plusieurs reprises de battre ou de tuer Haas.

    Inquiétudes de l’Union européenne concernant les élections

    Le 13 septembre, la commissaire chargée de la cohésion et des réformes, Elisa Ferreira, a prononcé un discours au nom du haut représentant/vice-président Josep Borrell sur la situation des droits de l’homme au Bangladesh, soulignant que « l’UE reste préoccupée par les informations faisant état d’exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées ». au Bangladesh.

    Elle a souligné que l’UE se joint aux appels des Nations Unies en faveur d’un mécanisme indépendant chargé d’enquêter sur les disparitions forcées et les exécutions extrajudiciaires. Le Bangladesh devrait également autoriser la visite du Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées.

    Le 21 septembre, l’Union européenne a décidé de ne pas envoyer une équipe complète d’observateurs lors des prochaines élections nationales au Bangladesh, invoquant des contraintes budgétaires.

    Le 19 octobre, tL’UE a officiellement informé la Commission électorale (CE) du Bangladesh qu’elle enverrait une équipe de quatre membres pour observer les prochaines élections nationales.selon La norme commerciale. Selon la lettre envoyée par le ministère des Affaires étrangères, l’équipe se rendra au Bangladesh du 21 novembre 2023 au 21 janvier 2024 pour observer le scrutin.

    L’UE n’a envoyé aucun observateur lors des deux dernières élections nationales de 2014 et 2018 remportées par la Ligue Awadi. En 2014, le Parti nationaliste du Bangladesh, le plus grand parti d’opposition, l’a boycotté et recommencera en janvier 2024.

    L’UE avait envoyé une mission à part entière lors des élections de 2008 lorsqu’elle avait déployé la plus grande mission d’observation internationale au Bangladesh avec 150 observateurs provenant de 25 États membres de l’UE, plus la Norvège et la Suisse.

    Plusieurs gouvernements étrangers ont appelé à plusieurs reprises à des élections libres et équitables au Bangladesh.

    Les relations commerciales entre l’UE et le Bangladesh comme outil d’un éventuel soft power

    Grâce aux privilèges commerciaux accordés au Bangladesh, l’UE a la capacité, au-delà de ses espoirs et souhaits formels, d’exhorter son gouvernement à garantir des élections libres et équitables.

    L’UE travaille en étroite collaboration avec le Bangladesh dans le cadre du Accord de coopération UE-Bangladeshconclu en 2001. Cet accord ouvre un large champ de coopération, y compris en matière de droits de l’homme.

    L’UE est le principal partenaire commercial du Bangladesh, représentant environ 19,5 % du commerce total du pays en 2020.

    Les importations de l’UE en provenance du Bangladesh sont dominées par les vêtements, qui représentent plus de 90 % des importations totales de l’UE en provenance de ce pays.

    Les exportations de l’UE vers le Bangladesh sont dominées par les machines et le matériel de transport.

    Entre 2017 et 2020, les importations de l’UE-28 en provenance du Bangladesh ont atteint en moyenne 14,8 milliards d’euros par an, ce qui représente la moitié des exportations totales du Bangladesh.

    En tant que pays les moins avancés (PMA), le Bangladesh bénéficie du régime le plus favorable disponible dans le cadre du schéma de préférences généralisées (SPG) de l’UE, à savoir l’accord Tout sauf les armes (TSA). L’EBA accorde aux 46 PMA – dont le Bangladesh – un accès en franchise de droits et sans quotas à l’UE pour les exportations de tous les produits, à l’exception des armes et des munitions. Droits de l’Homme sans frontières exhorte l’UE à utiliser énergiquement son soft power pour rétablir l’équilibre Bangladeshle respect des droits de l’homme avant les élections et ses privilèges commerciaux.

    ———-

    L’article a été publié pour la première fois à cette adresse The European Times.

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img