More
    - Advertisement - spot_img
    AccueilAidLa crise humanitaire à Gaza s'aggrave alors que les combats font rage...

    La crise humanitaire à Gaza s’aggrave alors que les combats font rage dans la bande de Gaza

    S’exprimant à Doha lors du lancement de l’Aperçu humanitaire mondial, M. Griffiths a déclaré que la situation « s’aggravait », tandis que les efforts visant à garantir des « moments de paix » restaient de « la plus haute importance ».

    Selon la dernière mise à jour sur l’urgence du bureau de coordination des secours de l’ONU (OCHA), des dizaines de milliers de personnes « ayant désespérément besoin de nourriture, d’eau, d’abri, de santé et de protection » qui ont récemment fui vers Rafah, dans le sud, attendaient depuis des heures autour des centres de distribution d’aide.

    La dernière mise à jour d’OCHA sur les violences – qui ont débuté le 7 octobre après que des militants du Hamas se sont déchaînés dans les communautés du sud d’Israël, tuant quelque 1 200 personnes et en prenant environ 240 en otages, provoquant des bombardements de représailles – a également indiqué que le manque d’assainissement adéquat avait conduit à des violences « généralisées » défécation en plein air, augmentant les craintes de propagation de maladies.

    Selon les autorités sanitaires de Gaza, environ 18 000 personnes ont été tuées à Gaza depuis le début des combats ; environ 70 pour cent seraient des femmes et des enfants ; et plus de 49 000 personnes seraient blessées.

    Une «diplomatie créative» est nécessaire

    M. Griffiths a remercié le Qatar pour sa « diplomatie créative » dans le cadre des efforts visant à « apporter des moments de paix » à l’enclave assiégée.

    Il stressé que « l’intensification de l’opération militaire dont nous avons entendu parler dans le sud de Gaza et les menaces contre les pays voisins » rendent ces efforts « d’autant plus importants ».

    Pourtant, il ne semble pas y avoir de fin en vue aux hostilités déclenchées par les attaques terroristes meurtrières du Hamas en Israël, où « les meurtres, les violences sexuelles et les enlèvements perpétrés par le Hamas et d’autres groupes armés palestiniens le 7 octobre ont traumatisé toute une nation », selon un rapport. déclaration dimanche du Coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour le territoire palestinien occupéLynn Hastings.

    Les représailles d’Israël contre les attaques ont conduit à une aggravation de la crise humanitaire à Gaza où quelque 1,9 million de personnes, soit la grande majorité de la population, ont été déplacées, les opérations d’aide sont gravement entravées par les combats et seul un strict minimum de carburant et d’articles de première nécessité a été distribué. je suis entré.

    Les opérations humanitaires compromises

    OCHA a réitéré que la capacité de l’ONU à recevoir de l’aide avait été « considérablement affaiblie au cours des derniers jours », en raison d’une pénurie de camions à Gaza, de pannes de télécommunications et du fait que les travailleurs humanitaires étaient empêchés par les combats d’accéder au passage de Rafah par lequel un un petit filet d’articles de secours arrive d’Egypte.

    Au cours du week-end, 150 000 litres de carburant par jour sont entrés en moyenne depuis l’Égypte, a indiqué l’OCHA. C’est plus élevé que la moyenne quotidienne précédente de 67 000 litres, mais cela représente toujours « le strict minimum nécessaire pour éviter l’effondrement des services essentiels », notamment les hôpitaux et les ambulances, l’eau et l’assainissement ainsi que les abris pour les personnes déplacées.

    Dimanche a également vu l’arrivée de quelque 45 tonnes de gaz de cuisine en provenance d’Egypte, “la première livraison de ce type depuis la reprise des hostilités” après la fin d’un cessez-le-feu de sept jours le 1er décembre, a indiqué OCHA.

    Mme Hastings, la plus haute responsable de l’aide de l’ONU pour le territoire palestinien occupé, a déclaré dimanche qu’« Israël a l’obligation, en tant que puissance occupante, de garantir que des normes d’hygiène et de santé publique suffisantes ainsi que la fourniture de nourriture et de soins médicaux soient disponibles pour tous. la population sous occupation.

    © UNRWA/Mohammed Hinnawi

    Une grande partie de Gaza reste en ruines après deux mois de bombardements.

    Les attaques contre la santé se poursuivent

    Selon OCHA, plusieurs établissements et personnels de santé ont été attaqués dans la bande de Gaza au cours du week-end, notamment à Jabalia, dans le nord, où deux membres du personnel médical auraient été tués alors qu’ils étaient en service à l’intérieur de l’hôpital Al Awda assiégé lors d’affrontements entre les forces israéliennes et les forces armées palestiniennes. groupes.

    Samedi, une Organisation mondiale de la santé (OMSLe convoi dirigé par l’ONU et le Croissant-Rouge palestinien a livré des fournitures médicales à l’hôpital arabe Al Ahli dans la ville de Gaza et a évacué 19 patients grièvement blessés. OCHA a déclaré que le convoi avait été « retardé par les forces israéliennes à un point de contrôle dans Wadi Gaza » pour « des examens approfondis » et que l’un des patients évacués est décédé pendant le voyage vers le sud tandis qu’un ambulancier a été détenu pendant quatre heures, « au cours desquelles il a été interrogé ». et aurait été battu et intimidé ».

    L’accès humanitaire au nord de la bande de Gaza, où des centaines de milliers de civils continuent de s’abriter, reste « sévèrement limité », a déclaré OCHA.

    Pas de santé sans paix

    À Khan Younis, dans le sud, une ambulance près de l’hôpital européen a été la cible de tirs, apparemment de la part des forces israéliennes, samedi, a indiqué OCHA, et deux ambulanciers ont été blessés. Dimanche, la zone autour de l’hôpital a été bombardée à plusieurs reprises pour le troisième jour consécutif, selon OCHA, privant des dizaines de blessés de l’accès aux soins.

    Citant les autorités sanitaires de Gaza, OCHA a déclaré que depuis le 7 octobre, au moins 286 agents de santé ont été tués et 57 ambulances ont été touchées et endommagées.

    Réuni dimanche en séance extraordinaire, le Conseil exécutif de l’OMS a adopté une résolution sur l’accès de l’aide à Gaza et le respect du droit international humanitaire, salué par le chef de l’agence, Tedros Adhanom Ghebreyesus, comme un « point de départ » et une « plateforme sur laquelle construire », rappelant que « sans paix, il n’y a pas de santé ».

    Des détenus « déshabillés et battus »

    OCHA a également souligné qu’au cours du week-end, dans le nord de l’enclave, les forces israéliennes « auraient arrêté des centaines d’hommes et de garçons séjournant dans des espaces publics, des écoles servant d’abris aux personnes déplacées internes ainsi que des maisons privées ».

    « Il semblerait que les détenus aient été déshabillés, menottés et sommés de s’asseoir à genoux dans des espaces ouverts, soumis à des coups, au harcèlement, aux intempéries et au refus de satisfaire aux nécessités de base », a déclaré OCHA, tandis que des images d’eux circulaient sur les réseaux sociaux. .

    OCHA a ajouté que, selon l’armée israélienne, les personnes soupçonnées de liens avec le Hamas ont été transférées en Israël pour y être interrogées, tandis que d’autres ont été relâchées.

    Source link

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img