More
    - Advertisement - spot_img
    AccueilAid« Zone de catastrophe humanitaire » : la capacité hospitalière de Gaza...

    « Zone de catastrophe humanitaire » : la capacité hospitalière de Gaza décimée – OMS

    Briefant les journalistes de Gaza, le Dr Richard Peeperkorn, OMSLe représentant de la Palestine dans le territoire palestinien occupé, a décrit les couloirs remplis de patients traumatisés à l’hôpital Al-Ahli de la ville de Gaza, où les médecins soignent les patients à même le sol et où le carburant, l’oxygène, la nourriture et l’eau sont rares.

    En seulement 66 jours de combats, la bande de Gaza est passée d’un « système de santé fonctionnant raisonnablement » produisant des indicateurs de santé « comparables à ceux des pays voisins » à une situation où plus des deux tiers de ses 36 hôpitaux et plus de 70 pour cent des services de santé primaires les établissements de soins sont hors service, a déclaré le Dr Peeperkorn.

    Entre-temps, le porte-parole de l’OMS, Christian Lindmeier, a déclaré aux journalistes à Genève que l’hôpital Kamal Adwan – également situé dans le nord – avait été « évacué de force » mardi matin, selon les autorités sanitaires de Gaza. Quelque 68 patients, dont 18 en soins intensifs et six nouveau-nés, se trouveraient sur le site, aux côtés de milliers de personnes déplacées en quête de sécurité. L’hôpital est encerclé par les troupes et les chars israéliens depuis plusieurs jours, et des affrontements armés ont été signalés à proximité, selon le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU. OCHA dit. Lundi, le service de maternité de l’hôpital aurait été touché par des bombardements et deux mères auraient été tuées.

    Mission semée d'”incidents graves”

    Au milieu des besoins humanitaires extrêmement élevés dans le nord dévasté de Gaza, l’hôpital Al-Ahli manque cruellement de personnel, a déclaré le Dr Peeperkorn, avec plus de 200 patients mais seulement assez de ressources pour en accueillir 40. Incapable d’effectuer des opérations vasculaires, le personnel procède à des amputations de membres. « comme dernier recours pour sauver des vies ».

    Samedi dernier, un convoi de l’ONU et du Croissant-Rouge palestinien (PRCS) dirigé par l’OMS a rencontré des « incidents graves » lors d’une mission visant à livrer du matériel de traumatologie et de chirurgie pour 1 500 patients à l’hôpital et à transférer 19 patients critiques et leurs accompagnateurs au complexe médical Nasser dans le sud. Gaza, a indiqué l’agence de santé des Nations Unies.

    Détention sous la menace d’une arme

    Le Dr Peeperkorn a décrit les nombreux obstacles rencontrés par cette mission, notamment les inspections au point de contrôle militaire israélien de Wadi Gaza sur la route vers le nord, où deux membres du personnel du PRCS ont été détenus pendant plus d’une heure. Selon un communiqué publié mardi par l’agence de santé des Nations Unies, “le personnel de l’OMS a vu l’un d’entre eux se mettre à genoux sous la menace d’une arme, puis être emmené hors de vue, où il aurait été harcelé, battu, déshabillé et fouillé”.

    Le médecin de l’OMS a souligné que « personne ne peut être détenu lorsqu’il fait partie d’une mission médicale » et a souligné le fait que des missions humanitaires aussi vitales « ne peuvent se permettre aucun retard ».

    Le Dr Peeperkorn a déclaré qu’en arrivant dans le nord de Gaza, qui « ressemble désormais à un terrain vague », les humanitaires ont vu de nombreuses personnes dans la rue surprises à la vue du convoi, car il y avait très peu d’accès de l’aide au nord de l’enclave depuis mois maintenant.

    Des retards mortels

    En entrant dans la ville de Gaza, le camion humanitaire transportant des fournitures médicales et l’une des ambulances qui faisaient partie du convoi ont été touchés par des balles, a indiqué l’OMS, et sur le chemin du retour vers le sud de Gaza, avec à son bord les patients de l’hôpital Al-Ahli, “Le convoi a été de nouveau arrêté au même point de contrôle, où le personnel du PRCS et la plupart des patients ont dû quitter les ambulances pour les contrôles de sécurité”.

    Les patients critiques restés dans les ambulances ont été fouillés par des soldats armés, et l’un des deux membres du personnel du PRCS temporairement détenus plus tôt à l’arrivée a été emmené pour un deuxième interrogatoire. Des retards importants se sont ensuivis et « le PRCS a rapporté par la suite que pendant le processus de transfert, l’un des patients blessés était décédé des suites de ses blessures non soignées », a indiqué l’OMS.

    Après sa libération plus tard dans la nuit, « grâce aux efforts conjoints des Nations Unies », le membre du personnel du PRCS a déclaré qu’il avait été battu et humilié, puis « parti marcher vers le sud, les mains toujours liées derrière le dos, et sans vêtements ni chaussures ».

    Le système de santé « doit être protégé »

    Le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exprimé mardi sur la plateforme sociale X son inquiétude face aux « contrôles prolongés et à la détention des agents de santé qui mettent en danger la vie de patients déjà fragiles ».

    « La population de Gaza a le droit d’accéder aux soins de santé », a-t-il insisté. « Le système de santé doit être protégé. Même en temps de guerre. »

    La maladie en hausse

    L’ampleur des déplacements dans la bande de Gaza, où quelque 1,9 million de personnes, soit la grande majorité de la population de Gaza, ont été contraintes de fuir leurs foyers, et les conditions dans les abris surpeuplés, notamment le manque d’installations sanitaires adéquates, ont conduit à une augmentation massive des maladies, » a déclaré le Dr Peeperkorn. On dénombre déjà quelque 60 000 cas de diarrhée chez les enfants de moins de cinq ans et plus de 160 000 cas d’infections respiratoires aiguës. La gale, les éruptions cutanées, la varicelle et même la méningite sont en augmentation, parallèlement aux traumatismes graves et aux blessures à la colonne vertébrale.

    Pendant ce temps, les agents de santé manquent de produits de première nécessité et sont « entièrement préoccupés par la sécurité de leurs familles ».

    Le responsable de l’agence de santé des Nations Unies a souligné qu’il était impératif de rendre le système de soins de santé primaires à nouveau fonctionnel et de rétablir, entre autres, la santé maternelle et infantile, les soins obstétricaux, le traitement des maladies non transmissibles, l’oncologie et la santé mentale.

    Plus de lits d’hôpitaux à Rafah

    Dans le sud, que le Dr Peeperkorn a qualifié de « colonne vertébrale » du système de santé de Gaza, la Société du Croissant-Rouge palestinien a commencé lundi les préparatifs pour la création d’un hôpital de campagne en collaboration avec la Société du Croissant-Rouge qatari, dans le gouvernorat de Rafah. L’OMS a déclaré que l’hôpital devrait disposer de 50 lits, dont une salle d’opération, une unité de soins intensifs, une réception et une radiologie.

    L’agence de santé des Nations Unies a souligné l’importance d’augmenter la capacité hospitalière dans l’enclave. Selon les autorités sanitaires de Gaza, seulement 1 pour cent des Palestiniens blessés dans les hostilités, soit quelque 400 personnes, ont jusqu’à présent été évacués hors de Gaza pour être hospitalisés via le poste frontière de Rafah.

    Près de 50 000 personnes ont été blessées à Gaza depuis le 7 octobre et quelque 8 000 d’entre elles nécessitent « une intervention médicale urgente et immédiate », a indiqué l’OMS.

    Source link

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img