More
    - Advertisement - spot_img
    Accueildroits humainsDossiers Epstein : personne ne devrait échapper à la justice, disent des...

    Dossiers Epstein : personne ne devrait échapper à la justice, disent des experts des droits de l’homme de l’ONU

    Les documents judiciaires révèlent une liste horrible de crimes présumés perpétrés par M. Epstein, notamment les abus sexuels, l’exploitation sexuelle, le viol, le trafic sexuel, l’esclavage, la torture et la disparition forcée de femmes et d’enfants.

    M. Epstein est décédé en août 2019 après que des gardiens de prison de New York l’aient trouvé inconscient dans sa cellule où il attendait son procès.

    Dans un communiqué de presse Vendredi, les rapporteurs spéciaux Reem Alsalem et Mama Fatima Singhateh ont exprimé leur profonde inquiétude face au vaste réseau de victimes et de survivants mineurs attirés dans le « monde pervers » de M. Epstein et de sa complice désormais emprisonnée Ghislaine Maxwell, ainsi que sur leur capacité à opérer en toute impunité. “depuis tant d’années”.

    « La manière dont cette affaire sera traitée par les forces de l’ordre et le pouvoir judiciaire créera un précédent important pour l’avenir », ont-ils déclaré. « Soit elle enverra le message que de tels crimes contre les femmes et les enfants sont inacceptables, soit elle confirmera que le pouvoir et les connexions protégeront les responsables de toute responsabilité.

    Appel à des enquêtes rapides

    Plus de 150 personnes liées ou simplement nommées dans des procédures judiciaires liées à Epstein et à son réseau sont répertoriées dans les documents rendus publics, selon les médias.

    Beaucoup de ces personnes ne sont mentionnées qu’en passant ou parce qu’elles jouent un rôle dans des procédures judiciaires, et leur inclusion ne suggère en aucun cas des actes répréhensibles de leur part.

    Compte tenu de la nature des activités criminelles et des enquêtes en cours au niveau international, les experts des droits ont exhorté les forces de l’ordre à garantir des enquêtes complètes, rapides et transparentes et à ce que les procédures judiciaires soient menées avec effet immédiat.

    « Tous ceux qui ont pu participer, ou aider et encourager, ces crimes odieux de violence contre les femmes et les enfants, notamment en payant pour des relations sexuelles et en proxénétisme, doivent être traduits en justice », ont-ils déclaré.

    Hommage aux victimes

    En hommage au courage des victimes et des survivants qui se sont manifestés malgré les risques, le Conseil des droits de l’homme-des experts en droits désignés ont souligné la nécessité de protéger leur vie privée pour éviter toute stigmatisation et traumatisme supplémentaires.

    Ils ont souligné l’importance de la protection des témoins et des victimes, ainsi que de réparations globales, transformatrices, centrées sur les victimes et les survivants pour les protéger des risques de préjudices supplémentaires.

    Mme Alsalem et Mme Singhateh ont conclu par une observation sévère, soulignant que des cas comme celui de M. Epstein démontrent l’échec persistant de la communauté internationale à prévenir l’exploitation et les abus des femmes et des enfants.

    « Tout cela doit être résolu de toute urgence par des réponses préventives et la responsabilisation, un aspect qui est souvent oublié », ont-ils déclaré.

    Mort et condamnation

    M. Epstein a été arrêté en juillet 2019 pour trafic sexuel après avoir conclu un accord de plaidoyer en 2008 qui l’avait vu purger une peine de 13 mois, dans le cadre d’un programme de placement à l’extérieur, pour sollicitation et recrutement d’un mineur. Selon les médias, le soi-disant accord de non-poursuite lui a permis d’éviter une éventuelle condamnation à perpétuité.

    Mme Maxwell, citoyenne britannique, a été accusée de crimes sexuels en juillet 2020 et reconnue coupable en décembre 2021. En juin 2022, elle a été condamnée à 20 ans de prison.

    Les rapporteurs spéciaux

    Madame Alsalem, Rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes et les filles, ses causes et ses conséquenceset Mme Singhateh, Rapporteuse spéciale sur la vente, l’exploitation et les abus sexuels d’enfantssont des experts indépendants qui, avec les groupes de travail nommés par le Conseil des droits de l’homme, surveillent et rendent compte d’un pays ou d’un thème spécifique en matière de droits.

    Ils servent à titre individuel, ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne reçoivent pas de salaire.

    Source link

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img