More
    - Advertisement - spot_img
    AccueilAidL'agence de l'ONU appelle à « tout le soutien possible » pour...

    L’agence de l’ONU appelle à « tout le soutien possible » pour les civils soudanais

    Six millions de personnes ont été déplacées au Soudan. depuis la guerre entre armées rivales – les Forces armées soudanaises (SAF) et les paramilitaires Forces de soutien rapide (RAF) – ont éclaté le 15 avril 2023.

    1,7 million de civils supplémentaires ont cherché refuge au-delà des frontières du Soudan du Sud, du Tchad, de l’Éthiopie, de l’Égypte, de la République centrafricaine et de la Libye.

    Leur sort exige une attention mondiale urgente et un cessez-le-feu immédiat, OIM Directrice générale Amy Pope ditaprès avoir été témoin des conséquences dévastatrices lors d’une récente visite dans l’est du Tchad.

    « Un cessez-le-feu au Soudan est nécessaire de toute urgence pour permettre aux populations de reconstruire leur vie dans la dignité. Nous ne devons pas tourner le dos aux souffrances de millions de personnes touchées par un conflit aussi dévastateur », a-t-elle déclaré.

    « Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de tout le soutien possible pour continuer à fournir une aide humanitaire vitale et avancer vers le relèvement et des solutions à long terme. »

    Fonds nécessaires

    L’OIM a lancé un appel de 307 millions de dollars en 2024 pour soutenir 1,2 million de personnes touchées par le conflit, notamment des personnes déplacées à l’intérieur du pays, des réfugiés, des rapatriés et des ressortissants de pays tiers.

    L’agence des Nations Unies a jusqu’à présent soutenu plus d’un million de personnes au Soudan et dans les pays voisins, avec une aide en espèces, facilitant un transport sûr – et fournissant également un soutien essentiel en matière de santé, de protection, d’eau, d’assainissement et d’hygiène.

    La directrice de l’OIM, Amy Pope, met en lumière la situation au Soudan, lors d’une visite au Tchad.

    ‘Pas de fin en vue’

    L’expert des droits de l’homme nommé par le Haut-Commissaire des Nations Unies chargé de surveiller le Soudan, a fait écho à cet appel mercredi à la fin immédiate de la violence et à la transition vers un régime civil.

    Radhouane Nouicer, nommé il y a un peu plus d’un an, a réclamé justice pour les multiples exactions enregistrées jusqu’à présent.

    « Alors que les combats entre les SAF et les RSF s’étendent à travers le pays, les violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire se poursuivent sans relâche. Il est crucial que les dirigeants des deux camps fassent preuve d’une plus grande volonté politique pour mettre fin à la violence et faire taire les armes », a-t-il déclaré.

    « Lors de mes réunions régulières avec des représentants de la société civile soudanaise, j’ai entendu d’horribles rapports faisant état de souffrances humaines, notamment des centaines de cas présumés de disparition forcée et de multiples cas de détention arbitraire par les deux parties au conflit », a-t-il ajouté.

    Montée des violences ethniques

    M. Nouicer s’est également alarmé de la montée des violences à motivation ethnique et des discours de haine, en particulier dans la région du Darfour, où les RSF et les milices arabes alliées ont pris pour cible la communauté africaine Masalit.

    Les informations faisant état de conscription d’enfants et de mobilisation de civils dans des groupes de résistance dits « populaires » sont également très préoccupantes.

    Au total, plus de 25 millions de civils – dont plus de 14 millions d’enfants – ont besoin d’une aide humanitaire et d’une protection.

    Des récits profondément troublants font également état de violences sexuelles contre des femmes et des filles, la plupart d’entre elles étant prétendument perpétrées par des membres de RSF et de leurs milices alliées.

    Un bureau humanitaire, qui stockait des vaccins, des médicaments et d’autres articles de la chaîne du froid, après avoir été perquisitionné au milieu du conflit en cours dans l’ouest du Darfour. (avril 2023)

    “Cela ne doit pas continuer”

    « Le Soudan – une terre des plus fertiles – manque de nourriture et des millions de personnes sont confrontées à une faim aiguë. Mais malgré l’énorme besoin, l’acheminement de l’aide reste extrêmement difficile en raison des hostilités en cours, de l’insécurité persistante, des attaques contre les travailleurs humanitaires et des obstacles bureaucratiques », a déclaré M. ” dit Nouicer.

    Au moins 45 travailleurs humanitaires – presque tous des ressortissants soudanais – ont été tués ou détenus depuis le début du conflit. Les pénuries de carburant continuent également d’affecter les mouvements du personnel et des fournitures humanitaires ainsi que la production d’électricité nécessaire aux opérations, telles que le maintien de la chaîne du froid et le fonctionnement des pompes à eau.

    « Cela ne doit pas continuer. Le gouvernement du Soudan, qui a la responsabilité première de protéger les civils, doit prendre des mesures concrètes pour garantir qu’une aide suffisante puisse parvenir à tous ceux qui en ont besoin et faciliter l’accès des convois humanitaires aux populations touchées par le conflit », a souligné l’expert.

    Source link

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img