More
    - Advertisement - spot_img
    AccueilAidLes refus de missions d'aide sont la dernière menace pour les hôpitaux...

    Les refus de missions d’aide sont la dernière menace pour les hôpitaux de Gaza (OCHA)

    Au milieu de nouveaux rapports faisant état d’une intensification des bombardements et des affrontements à travers la bande de Gaza mercredi, OCHA dit que les demandes avaient été refusé cinq fois depuis le 26 décembre pour atteindre la pharmacie centrale de la ville de Gaza et l’hôpital Al Awda de Jabalya, plus au nord.

    « Dans le même temps, le refus persistant d’acheminer du carburant vers les installations d’eau et d’assainissement laisse des dizaines de milliers de personnes sans accès à l’eau potable et augmente le risque de débordements d’eaux usées, augmentant considérablement le risque de propagation de maladies transmissibles », OCHA. noté dans son dernière mise à jour sur l’impact de la guerre à Gaza, publié mardi soir.

    Selon l’Organisation mondiale de la santé des Nations Unies (OMS), 15 des 36 hôpitaux de Gaza restent « partiellement fonctionnels » : neuf au sud et six au nord. Depuis le début des hostilités, l’ONU et ses partenaires du secteur de la santé ont fourni des soins de santé et des services médicaux à environ 500 000 personnes.

    Pas de fin aux frappes meurtrières

    Cette évolution s’est produite alors qu’une grande partie de la bande de Gaza, et en particulier les zones du centre et du sud des gouvernorats de Deir al Balah et de Khan Younis, ont subi de nouveaux bombardements israéliens « intenses » aériens, terrestres et maritimes au cours des dernières 24 heures, a déclaré OCHA.

    Les tirs de roquettes sur Israël par des groupes armés palestiniens se sont également poursuivis, ainsi que les affrontements entre soldats et militants israéliens, en particulier dans les gouvernorats de Deir al Balah et de Khan Younis.

    Citant les autorités sanitaires de Gaza, OCHA a noté que 126 Palestiniens avaient été tués entre les après-midi du 8 et du 9 janvier ; 241 autres auraient été blessés. Le nombre total estimé de décès est de au moins 23 210 Palestiniens tués et 59 167 blessés des bombardements israéliens, qui ont commencé en réponse aux attaques terroristes menées par le Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre, qui ont fait quelque 1 200 morts, dont 36 enfants et 240 autres pris en otages.

    « Les autorités israéliennes estiment qu’environ 136 Israéliens et ressortissants étrangers restent captifs à Gaza. » » a déclaré OCHA.

    Les ONG ne sont pas épargnées

    L’offensive israélienne en cours a donné lieu à « de nombreux » incidents meurtriers avec « des conséquences dévastatrices pour des dizaines de milliers de civils », a déclaré OCHA, soulignant que beaucoup d’entre eux avaient déjà fui la ville de Gaza et le nord vers les zones centrales et méridionales de la bande de Gaza.

    Lors d’un incident survenu à Khan Younis, un enfant de cinq ans d’un employé de Médecins Sans Frontières (MSF) est décédé des suites de ses blessures après qu’un abri de MSF a été touché lundi.

    À Deir al Balah, quatre personnes auraient également été tuées et des dizaines d’autres blessées lorsqu’une maison au nord-ouest de la ville a été prise pour cible, a indiqué OCHA.

    Citant l’armée israélienne, le bureau de l’ONU a rapporté qu’entre le 8 et le 9 janvier, neuf soldats israéliens ont été tués à Gaza, dont 183 depuis le début de l’opération terrestre et 1 065 blessés.

    La surpopulation alimente la menace de maladie

    Parallèlement, les humanitaires de l’ONU ont réitéré leurs avertissements concernant le risque croissant de maladie dans la bande de Gaza, en particulier dans la ville méridionale de Rafah, alors que de plus en plus de civils fuient les hostilités suite aux ordres d’évacuation israéliens.

    Avant la guerre, Rafah abritait environ 280 000 habitants, mais elle compte aujourd’hui plus d’un million d’habitants, a déclaré mardi l’agence de secours des Nations Unies pour les Palestiniens (UNWRA) dans un article en ligne sur X.

    “Les rues surpeuplées sont témoins d’une propagation alarmante de la maladie”, mais le personnel est “débordé par les besoins toujours croissants”, a indiqué l’agence.

    1,9 million de déracinés

    Après plus de trois mois de violences, près de 85 pour cent de la population de Gaza serait désormais déplacée – soit quelque 1,9 million de personnes – selon UNRWA.

    L’agence des Nations Unies continue d’héberger près de 1,4 million de personnes dans 155 installations de l’UNRWA réparties dans les cinq gouvernorats, mais les installations « dépassent de loin leur capacité prévue ».

    Les installations de l’UNWRA ont également subi 63 attaques directes, a-t-il précisé, avec au moins 319 personnes déplacées tuées dans les abris de l’agence et plus de 1 135 blessées depuis le 7 octobre.

    Le 9 janvier, 131 camions transportant des fournitures sont entrés dans la bande de Gaza par les points de passage de Rafah et Kerem Shalom, selon OCHA.

    Source link

    Author

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_img

    Must Read

    spot_img